idee architecture

7 IDÉES REÇUES sur L’ARCHITECTURE NUMÉRIQUE et le DESIGN PARAMÉTRIQUE

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comme toute discipline récemment médiatisée, l’architecture numérique et le design paramétrique n’échappent pas aux idées reçues. Cela reflète les peurs et questionnements qu’amène la technologie dans un domaine très codé et ancestral tel que l’architecture. En effet, les codes de la profession ne sont pas seulement réglementaires mais aussi liés à une forte idéologie de la conception architecturale. L’architecture est telle une religion. De plus, la déontologie et l’appartenance à l’Ordre des architectes renforcent cette continuité d’une pratique très traditionaliste.

Malgré différents courants et mouvements qui ce succèdent, c’est un domaine dans lequel le changement prend du temps. L’acceptation des outils numériques, par exemple, est plus lente que pour d’autres professions créatives telles que le design, la mode, l’automobile, l’aérospatial, etc…

L’architecture paramétrique, bien que déjà répandue à l’international depuis plusieurs années, est encore méconnue en France. C’est pourquoi, à travers cet article, je souhaite démystifier cette pratique innovante, en développant les fausses idées reçues.

Idée reçue n°1: “L’architecture paramétrique est une discipline nouvelle”

Avant l’ordinateur: Gaudi et la Sagrada Familia

cathedrale la sagrada familia barcelone Gaudi conception
Cathédrale Sagrada Familia à Barcelone, par Gaudi

On pourrait penser que le design paramétrique est récent et lié à l’apparition de l’informatique. Bien au contraire, cette approche fut utilisée avant notre ère digitale, notamment par l’architecte Gaudi à la fin du 19ème siècle. En effet, il l’utilisa de manière analogue pour son projet de la célèbre cathédrale la Sagrada Familia à Barcelone. Pour l’étude des arches, il créa un modèle inversé à partir de fils et de poids. Chaque fil, accroché par ses deux extrémités, prenait une courbure naturelle et optimale, grâce à la gravité. Le modèle était dit paramétrique dans le sens où en changeant certains paramètres (points d’ancrage, longueurs ou poids des fils…), les courbures des arches s’adaptaient. La forme architecturale finale, outre son aspect esthétique, innovant et complexe, était techniquement optimisée avec les lois de Newton.

Plus de détails sur cette maquette paramétrique: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Maqueta_funicular.jpg

L’apparition des logiciels algorithmiques:

C’est dans les années 1980 ensuite, que les architectes et designers ont commencé à utiliser les ordinateurs pour la conception paramétrique. De tels logiciels appliqués à l’architecture n’existaient pas encore. Ceux utilisés étaient alors développés initialement pour l’industrie aérospatiale et l’animation. L’un des architectes pionniers à générer de l’architecture par ordinateur fut Greg Lynn.
C’est bien ensuite dans les années 2000, que l’architecture paramétrique sera démocratisée avec le travail des architectes Zaha Hadid, Patrick Schumacher, Massimiliano Fuksas, et bien d’autres.

Idée reçue n°2: “La conception paramétrique génère un langage architectural organique tel que celui de Zaha Hadid”

zaha hadid beijing architecture parametrique
Galaxy Soho à Beijing par Zaha Hadid

Le cabinet d’architecture de Zaha Hadid est l’un des pionniers en la matière. Elle a également introduit le mouvement architecturale appelé “le parametricisme”. On associe donc naturellement l’architecture paramétrique à une architecture fluide et organique. Certains architectes, pourraient ne pas se reconnaître à travers cet esthétisme de courbes.
Mais ne l’oublions pas, la conception paramétrique est avant tout un outil de créativité. Tel le pinceau pour les artistes, un même outil peut être utilisé de diverses manières et créer des résultats différents voire opposés. Ainsi, les logiciels paramétriques sont un medium pour l’expression de l’esprit et de la vision de l’architecte.
C’est donc une révolution pour n’importe quel architecte pour affirmer sa propre identité et son style en accédant à des formes et possibilités nouvelles.

Idée reçue n°3: “Le design paramétrique est au service d’une approche purement formelle de l’architecture”

L’architecture paramétrique repousse les limites de ce que l’on sait créer et construire aujourd’hui avec une approche traditionnelle. En effet, elle donne accès à un nouveau répertoire de formes et de structures complexes. A première vue, on pourrait donc imaginer qu’il s’agit d’une pratique à but purement formel. Pourtant, les outils algorithmiques permettent également à l’architecte d’intégrer très vite un grand nombre de données; sans pour autant limiter sa créativité. Ses paramètres initiaux sont souvent liés à l’ingénierie, l’analyse structurelle et/ou environnementale, l’optimisation des matériaux, etc…
Par conséquence, les dimensions techniques et constructives sont intégrées plus précocement au projet. L’implication des différentes compétences dès la conception donne naissance à une architecture plus collaborative. La communication avec les différents corps de métier est facilitée.

Pour connaître en détails les différents avantages du design paramétrique à l’échelle du projet, n’hésitez pas a consulter l’article: https://architecture-design-parametric.com/architecte-integrer-design-parametrique/

Idée reçue n°4: “L’architecture numérique et générative est réservée aux PME et concours internationaux”

Il est vrai que les projets médiatisés utilisant l’approche paramétrique sont souvent des projets de grande ampleur. Cependant, cette pratique n’est pas réservée aux grandes agences d’architecture et aux concours internationaux. Au vue de la variété des applications, tant dans les structures, les formes, le design, la décoration, la technique et la construction, la conception paramétrique s’applique à diverses échelles.
De plus, cette pratique est avant tout un nouveau process de conception et d’expérimentation. Elle permet plus d’efficacité, plus de créativité et une approche plus collaborative avec les différents corps de métiers. On aurait tord de la réserver aux grands projets.
Encore peu répandue pour la rénovation et l’architecture d’intérieur, par exemple, cette nouvelle approche offre pourtant des opportunités de projets iconiques et innovants. Découvrez par exemple, le concept de claustra sculptural dans l’article: https://architecture-design-parametric.com/interieur-decoration-claustra-sculpture/

Idée reçue n°5: “La modélisation paramétrique s’oppose à la modélisation BIM”

Ces derniers temps, les débats sur les outils informatiques dans la pratique architecturale questionnent: “doit on préférer l’approche paramétrique ou plutôt celle traditionnel, avec les logiciels BIM”
L’utilisation de la démarche BIM, est déjà généralisée dans la pratique des architectes. Cette “maquette numérique”, n’est pas une simple représentation du projet mais un modèle 3D dit “informé”. Il contient de nombreuses caractéristiques techniques du bâtiment, relatives à différents corps de métiers engagés dans le projet.
Le paramétrique, quant à lui, est une aide à la conception. C’est une approche créative qui vise à générer des formes nouvelles et innovantes. Son usage permet de prendre en compte, automatiquement et dès l’esquisse, beaucoup de données constructives et techniques, sans pour autant limiter la créativité de l’architecte.
Ainsi, les logiciels algorithmiques ne viennent pas en compétition avec les outils numériques de CAO traditionnels. C’est une approche complémentaire qui s’inscrit dans une stratégie CAO globale. L’enjeu est d’optimiser le processus de conception, pour plus d’efficacité, de rapidité et de qualité.

Idée reçue n°6: “Les logiciels paramétriques tel que Grasshopper sont complexes”

grasshopper rhino parametric design
Interface Grasshopper sur Rhinoceros

Certes, contenu des définitions actuelles que l’on trouve, la conception paramétrique peut sembler incompréhensible et complexe. Les termes de “paramètres” ou d'”algorithmes” renvoient à un monde complexe. Pourtant les logiciels tel que Grasshopper nous donne accès à cette nouvelle technologie de manière simple. N’hésitez pas d’abord à vous renseigner sur la définition claire du design paramétrique: https://architecture-design-parametric.com/definition-architecture-parametrique/

Je vous l’accorde l’interface de Grasshopper, le plug-in paramétrique pour Rhino, peut sembler effrayant. L’apparence est différente d’un logiciel traditionnel de CAO. Il fonctionne par un système de blocs que l’on relie entre eux. Une fois que l’on a compris le fonctionnement, le logiciel permet de produire des formes nouvelles très rapidement. Étape par étape, on peut ensuite gagner en complexité en fonction du degrés de technicité souhaité. Cet outil est très vite ludique et addictif, car il dope notre créativité et repousse nos propres limites.

Idée reçue n°7: “L’ordinateur va remplacer l’humain pour la conception d’architecture, d’art et de design”

Machines vs Architectes:

La science fiction a toujours nourri nos esprits créatifs et visionnaires. Avec l’arrivée de l’intelligence artificielle, les débats autour de la place de la machine redoublent.
Rassurez vous, le design paramétrique n’est pas une première étape vers l’extermination des architectes et créatifs. Bien au contraire! Les outils numériques sont une aide précieuse pour les professionnels de demain. Le paramétrique booste notre créativité et notre capacité à créer des solutions architecturales nouvelles et faisables, dans un délai de temps réduit. La technologie ici est une clef essentielle pour l’innovation.

Vers une architecture collaborative et participative:

L’intégration du paramétrique à la pratique architecturale a pour conséquence directe de renforcer l’interaction humaine. En effet, comme nous l’avons vu précédemment, ces outils prennent en compte plus de données techniques, environnementales et règlementaires dès le début du process. Dès la phase de conception, la communication avec les différents métiers de la construction est facilitée. Cela mène à une architecture collaborative et participative.
De plus, ces logiciels permettent d’élargir le domaine des possibles à partir des savoir-faire traditionnels. C’est l’occasion de revaloriser certains artisans locaux et métiers d’art, tout en créant des projets innovants et jamais vus. Le slow-design et la slow-architecture sont en marche!

Ce qu’il faut retenir

  • La conception paramétrique est une approche déjà abordée au 19ème siècle. L’architecte Gaudi, par exemple, créé des maquettes paramétriques analogues bien avant l’utilisation des logiciels en architecture. Au 20ème siècle, à l’ère informatique, d’autres architectes pionniers de cette approche ont ensuite utilisé des logiciels de l’aérospatial et de l’animation pour concevoir des projets paramétriques innovants.
  • Le design paramétrique est tel le pinceau de l’artiste. En aucun cas, l’outil lui même défini le style du peintre. Cette discipline n’est donc pas réservée à l’architecture courbe de Zaha Hadid, ni à une approche purement formelle. Diverses manières de l’appréhender sont possibles. C’est un outil supplémentaire qui permet à l’architecte de pousser sa créativité et ses limites plus loin, afin d’exprimer sa propre vision et son style.
  • L’architecture générative n’est pas réservée aux grandes agences et aux concours internationaux. Son champ d’action est très vaste et les applications nombreuses. Elle s’applique à différentes échelles, et différents enjeux: du détail d’architecture d’intérieur à l’urbanisme; en passant par l’analyse et le développement de structures complexes.
  • La conception paramétrique ne viens pas en compétition avec la modélisation BIM. Il s’agit d’approches complémentaires, avec des enjeux et des possibilités différents.
  • Pas besoin d’être un génie du codage pour utiliser les logiciels algorithmiques. Malgré une interface qui semble complexe, Grasshopper sur Rhinoceros s’apprend facilement étape par étape.
  • L’ordinateur ne remplace pas l’architecte, c’est une aide précieuse pour créer des formes nouvelles et aller plus loin dans l’expérimentation architecturale. D’autre part, l’alliance des nouvelles technologies avec les savoir-faire traditionnels redonne l’opportunité d’une architecture collaborative et locale.

Pour conclure, l’architecture paramétrique n’est pas une nouvelle pratique qui s’oppose à la tradition. C’est une innovation qui permet à l’architecte de s’inscrire dans la transition architecturale, vers une architecture plus humaine, plus collaborative. L’enjeu est majeur. Il s’agit d’appréhender le progrès, tout en renforçant le rôle de l’architecte dans notre société de demain.

Avez-vous aussi des aprioris ou idées reçues sur l’architecture numérique et le design paramétrique? Partagez les en commentaire!

0 comments on “7 IDÉES REÇUES sur L’ARCHITECTURE NUMÉRIQUE et le DESIGN PARAMÉTRIQUEAdd yours →

Laisser un commentaire